Union européenne
Face aux extrémismes, une école moins inégalitaire
14 septembre 2015

Les « nouvelles priorités pour une coopération européenne en éducation et formation » à l’horizon 2020 de l’UE intègrent les « valeurs fondamentales d’égalité, de non-discrimination et de citoyenneté active ».

Les attentats de Paris en janvier et ceux de Copenhague en février ont secoué l’Europe. Les commissaires européens en ont saisi la mesure dans le rapport présenté le 1er septembre qui décline les « nouvelles priorités pour une coopération européenne en éducation et formation » à l’horizon 2020. Pour Tibor Navracsics, le commissaire chargé de l’éducation, « le risque de radicalisation témoigne de l’urgence qu’il y a à améliorer les perspectives en matière d’éducation dans les communautés qui composent nos sociétés ». La commission développe ainsi six objectifs et, si certains sont classiquement tournés vers « l’amélioration de la qualification des personnes et de leurs perspectives d’emploi », d’autres sont davantage centrés sur des « valeurs fondamentales d’égalité, de non-discrimination et de citoyenneté active ».

Du soutien aux enseignants

Déplorant les taux d’inégalité qui « sont à leur niveau le plus élevé de ces trente dernières années dans la plupart des pays de l’UE », le rapport appelle à garantir une éducation et une formation à tous les apprenants, en particulier aux personnes provenant de milieux défavorisés ou ayant des besoins particuliers, aux migrants ou aux personnes issues de l’immigration et aux Roms. Regrettant que dans de nombreux pays, « les pénuries de personnel font de plus en plus obstacle à un enseignement de qualité, tandis que l’intérêt pour la carrière d’enseignant s’amenuise ». Le texte demande un large soutien aux enseignants. Le document devrait être adopté par le Conseil européen d’ici la fin de l’année.

Consulter :
- le rapport