Langues vivantes
Enseignement des langues au CP : fausse bonne idée ?
13 septembre 2016

Pour Christine Hélot, sociolinguiste et professeure des universités en anglais, plutôt qu’un enseignement, il serait plus utile en CP de faire de l’éveil aux langues de la classe. Interview

En septembre se généralise l’enseignement d’une langue vivante dès le CP, qu’en pensez-vous ?

Je ne pense pas qu’une heure et demie par semaine soit très efficace. Le CP est déjà une année importante pour les fondamentaux alors rajouter cela ne va pas être évident pour les enseignants. Ensuite, la formation pêche, il n’y a pas assez d’heures en langue en Espé pour mener à bien cet enseignement. Pour l’enseigner, il faut se sentir à l’aise dans une langue et ce n’est pas le cas de beaucoup de professeurs même si cela progresse. Enfin, ce serait plus utile en CP de faire de l’éveil aux langues, aux langues de la classe, car beaucoup d’élèves parlent aussi arabe ou russe ou autre.

Quelles activités préconisez-vous pour de jeunes enfants ?

Pour les enseignants, contrairement à ce que l’on peut penser, c’est très facile de faire de l’éveil aux langues. Cela ne demande pas de compétences linguistiques particulières. On peut commencer par un sondage dans la classe sur les autres langues que les élèves connaissent, placer l’étiquette des enfants sur ces pays, inviter des parents ou des associations à lire des albums. C’est la base d’une éducation linguistique qui montre que toutes les langues ne fonctionnent pas pareil, en anglais comme en turc l’article est placé devant le nom, en allemand le verbe est à la fin, l’arabe s’écrit de droite à gauche, il existe d’autres alphabets.

Quels attendus peut-on avoir pour la fin de CP ?

Avec une heure et demie de langue – à 90 % l’anglais – dans la semaine, qu’est-ce que les enfants vont apprendre ? On sait que c’est peu efficace et qu’il vaut mieux un apprentissage intensif. Le niveau attendu en fin de scolarité élémentaire reste le niveau A1 du cadre européen qui n’est pas très élevé mais difficile à atteindre de façon aussi diluée. Le fait de commencer un an plus tôt ne va pas faire de grande différence.