Asile
Enfants migrants : il y a urgence !
28 août 2015
  (1 vote)

En Italie comme à Calais, on compte de plus en plus d’enfants accompagnés de leur famille mais aussi isolés parmi les migrants. La situation inquiète les ONG et les Nations unies qui rappellent l’Europe à ses devoirs.

« Sur environ 170 000 migrants arrivant par bateau en Italie en provenance de Libye l’année dernière, plus de 13 000 étaient des enfants non accompagnés » L’Unicef a tiré la sonnette d’alarme en mai dernier en révélant un phénomène qui semble s’amplifier. Les populations de migrants et de demandeurs d’asile comprennent de plus en plus d’enfants, certains accompagnés de leurs parents mais souvent aussi des mineurs isolés. Depuis le début de l’année, ce sont 6 400 mineurs dont 4 300 accompagnés qui ont accosté en Italie et les associations présentes à Calais notent la même évolution. Ils viennent d’Érythrée, de Syrie, d’Afghanistan, du Niger ou de Somalie, et leur voyage jusqu’aux côtes européennes est une expérience traumatisante. L’ONG Save the children a recueilli les récits de ces enfants qui parlent des exactions des passeurs qui se servent d’eux pour augmenter leurs prix et des violences dont ils sont les victimes ou les témoins. « Ils nous disent aussi qu’ils ont eu des angoisses terribles en mer, qu’ils avaient peur des vagues énormes et croyaient qu’ils allaient se noyer », un risque bien réel et malheureusement avéré ces derniers mois. À leur arrivée, rapporte encore l’association, certains sont désemparés et ne savent pas dans quel pays ils se trouvent, « Ils espèrent avoir atteint l’Europe et qu’on leur accordera l’asile ».

Des réponses urgentes et spécifiques

L’Unicef a pointé les risques encourus par les enfants qui allaient s’aggraver « non seulement lors de cette périlleuse traversée, mais aussi à l’arrivée sur les côtes européennes où ils ne peuvent pas recevoir les soins et l’attention particulière dont ils ont besoin de toute urgence ». Elle a invité l’Union européenne à « défendre les droits des enfants et des familles de migrants et être un exemple pour le monde entier ». L’ONU a elle haussé le ton au début du mois en rappelant la France à ses devoirs face aux 3 000 migrants qui cherchent depuis Calais à se rendre en Angleterre. Selon elle, la présence d’enfants fait de la situation une « urgence civile » qui devrait être traitée avec « les moyens mobilisés lors des catastrophes naturelles ».