Travail des enfants
Encore trop nombreux
14 janvier 2014

Selon le rapport du Bureau International du Travail publié en septembre, le nombre d’enfants qui travaillent à travers le monde a diminué d’un tiers depuis 2000, passant de 246 à 168 millions. Ce rythme ne suffira cependant pas à atteindre l’objectif de la communauté internationale d’en éliminer les pires

D’après le rapport du Bureau international du travail sur le travail des enfants, il y a dans le monde encore 168 millions d’enfants travailleurs (11% de l’ensemble des enfants). Cependant ce chiffre est en baisse par rapport à 2000 où ils étaient 246 millions. Plus de la moitié de ces enfants (85 millions) occupent un travail dangereux mettant en péril leur santé, leur sécurité et leur développement moral. Ils étaient 171 millions en 2000. L’agriculture emploie 59% des enfants qui travaillent dans le monde.

Les reculs observés depuis 10 ans concernent toutes les zones géographiques. Cependant, alors que l’Afrique sub-saharienne représentait 30% de la totalité des enfants au travail en 2008, quatre ans plus tard, ce chiffre est monté à 35%. Au niveau des secteurs d’activité, c’est l’agriculture qui emploie le plus grand nombre d’enfants (98 millions, soit 59% de l’ensemble). Et puis, de grandes disparités existent entre les sexes : le travail des enfants chez les filles a diminué de 40% depuis 2000, alors que chez les garçons la diminution n’est que de 25%.

Les facteurs du progrès

Ces avancées s’expliquent notamment par le fait que de plus en plus de pays ratifient les conventions internationales sur les pires formes de travail dont les enfants doivent être exclus et sur l’âge minimum d’accès à l’emploi. Ces engagements ont poussé ces pays à les transposer dans leurs droits nationaux. Parallèlement, des investissements ont été faits en matière d’éducation afin d’améliorer l’accès à l’enseignement, ce qui a permis une augmentation majeure de la fréquentation scolaire. D’autres efforts ont été consentis par les Etats en matière de protection sociale afin d’atténuer la vulnérabilité des familles qui recourent au travail des enfants. Il reste cependant beaucoup à faire pour atteindre l’objectif fixé par la communauté internationale d’éradiquer les pires formes de travail en 2016. Le BIT énonce un certain nombre de préconisations au sujet de l’Afrique subsaharienne, de l’agriculture, du travail des filles ou des plus jeunes enfants.

A consulter :

- Le rapport du BIT : Mesurer les progrès de la lutte contre le travail des enfants (OIT-IPEC, 2013)