Insee
Encore nombreuses familles nombreuses
3 février 2015

21,5 % des familles françaises comptent trois enfants ou plus et sont considérées comme des familles nombreuses. Dans une récente étude, l’Insee nous apprend qui elles sont et comment elles vivent.

Une famille sur cinq vit en France avec trois enfants ou plus à la maison (21,5%). Une récente étude de l’Insee* trace le portait historique et sociologique de ces 1,7 million de familles dites “nombreuses” et dont la part est encore significative même si elle a baissé de trois points entre 2009 et 2011. Pourquoi ce choix d’une grande descendance  ? L’étude apporte des éléments de compréhension liés à l’histoire des individus et à leur environnement. En premier lieu, «  plus on a de frères et sœurs, plus la probabilité d’avoir une famille nombreuse est forte  » souligne l’Insee. Les enfants reproduisent donc en partie le modèle familial de leurs parents et on sera davantage parent d’une famille nombreuse si on vient soi-même d’une telle famille. Avoir eu deux enfants du même sexe peut motiver aussi le désir d’un troisième enfant mais la naissance du «  troisième  » peut résulter quelquefois d’une nouvelle relation. Les familles recomposées ne constituent pourtant qu’un sixième des familles nombreuses.

De moins bonnes conditions de vie

Dans un autre registre, l’absence de diplôme caractérise les grandes familles mais cela n’est réellement significatif qu’à partir de quatre enfants ou plus. L’Insee nous apprend que les immigrés sont souvent à la tête d’une famille nombreuse mais que leurs descendants ont en revanche des comportements de fécondité qui se rapprochent de la moyenne, étant influencés davantage par leur lieu de résidence que par la culture familiale. En effet, si les différences régionales s’atténuent, on a toujours plus d’enfants dans l’ouest, le nord et en outre-mer. L’étude se termine sur l’analyse des conditions de vie de ces familles. des logements plus grands mais davantage «  surpeuplés  » et «  en moyenne, un niveau de vie qui décroit avec le nombre d’enfants  » précise-t-elle, les plus touchées par la pauvreté étant les familles nombreuses monoparentales ou celles avec plus de quatre enfants.

Lire :
- l’enquête de l’Insee