Dossier : " Fonctionnement de l’école : Quelle direction ?"
En bref
12 novembre 2013

FORMATION : ... d’abord en continu

Si 62,39 % des enseignants sondés veulent une formation à la prise de fonction (qualifiante pour 57,61% d’entre eux), ils sont 82,54% à plébisciter la formation continue face aux nouveaux textes, procédures, dispositifs à mettre en place. À Nice, Annabel Beccatini- Gesrel, directrice en ECLAIR (14 classes) a participé à un groupe de travail « direction d’école » qui a obtenu un « tuilage » de 2 jours entre un directeur qui quitte son école et son successeur. Le souhait d’Annabel : « une formation sur la gestion des conflits en termes de techniques et de communication, pour améliorer l’accueil des familles ».


LES MISSIONS ET RESPONSABILITÉS : Animation pédagogique avant tout

73,43% des enseignants sondés estiment que les missions doivent se recentrer sur l’animation pédagogique de l’équipe et le fonctionnement de l’école et 57,22% réclament une assistance juridique. Françoise Gombert, directrice à Rodez, a mis en place dans son école primaire de 7 classes, dont une CLIS, une réunion de concertation hebdomadaire. C’est bien ce côté « animation pédagogique » de l’école qui reste le fil rouge de son travail de directrice. « Même si on est parfois en tension sur certains problèmes dans l’école, on se met toujours d’accord au final et on porte ensemble la décision prise. » Condition essentielle à ses yeux « pour que l’école tourne bien ».


RECRUTEMENT : Un accès ouvert

Seulement 29,54% des sondés souhaitent modifier le système actuel d’accès par liste d’aptitude. Peu nombreux à souhaiter un accès totalement libre (14,67%), ils préfèrent la solution d’une formation qualifiante (49,3%). Le recours à un concours est lui nettement écarté (7,19%). Brigitte Salmon, directrice d’une école maternelle de 6 classes à Vayres (33 ) pense que la liste d’aptitude n’est pas une solution : « Il y a des gens très bien qui ne répondent pas aux critères et on court le risque du formatage ». Elle insiste sur la nécessité d’une formation car « il n’est pas simple d’animer une équipe ». Pour elle, « tous les volontaires doivent pouvoir accéder à la direction ».


AFFECTATION : Maintenir le barème

L’affectation selon un barème recueille l’assentiment d’une majorité de sondés (40,94% l’estiment extrêmement ou vraiment prioritaire). Ils ne sont que 14,8% à opter pour une affectation sur entretien (poste à profil) pour l’ensemble des écoles. Pour Kathy Pédeboscq, directrice d’une école élémentaire de 6 classes à Bergerac (24), « il ne faut pas qu’un directeur puisse choisir ses collègues ni qu’une équipe puisse choisir son directeur ». Si elle se pose la question d’un filtre minimum car la fonction nécessite « un certain type de compétences relationnelles », Kathy rejette l’idée de « profiler » les postes de direction.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

- Présentation du dossier " Fonctionnement de l’école : Quelle direction ?"
- Chantier direction : le SNUipp-FSU affiche clairement ses priorités.
- Le temps fait tout à l’affaire
- En bref
- Au quotidien : Une fonction sous tension
- Un temps de décharge minimal
- Faire évoluer la fonction de direction, une priorité !