Formation continue
Un effort exceptionnel ? Non... A couper le souffle !
31 août 2015

En déplacement à Dijon, la ministre annonce un effort exceptionnel en faveur de la formation continue. Exceptionnel ? Le SNUipp-FSU est allé y voir de plus près.

Communiqué

En déplacement à Dijon, la ministre vient d’annoncer un effort exceptionnel en faveur de la formation continue. Mis en appétit par cette bonne nouvelle, nous sommes allés immédiatement consulter les nouveaux plans départementaux de formation continue exceptionnelle proposés aux enseignants du primaire pour cette année 2015-2016. Et à y regarder de près, que l’école primaire se réjouisse : c’est une offre de formation à couper le souffle !

Pour les programmes de maternelle, cela concerne 12 enseignants sur 816 pendant 2 jours dans le Doubs, 22 enseignants sur 2 204 pendant une semaine dans les Yvelines, 10 enseignants sur 417 pendant 3 jours dans l’Aude, 48 enseignants sur 198 pendant 6 jours en Ardèche…
Pour les nouveaux programmes d’enseignement moral et civique, cela va toucher 24 enseignants sur 2 932 pendant 4 jours dans le Doubs, 50 enseignants sur 7 857 dans les Yvelines, aucun en Ardèche, dans le Tarn et Garonne ou dans l’Eure…

Mais, que les enseignants se rassurent, il y en aura pour tout le monde. Sur ces deux sujets, le ministère affiche que de trois à six heures d’animation pédagogique seront offertes à tous les enseignants... Soit, pour la plupart, un mercredi après-midi dans des salles pouvant regrouper jusqu’à 200 personnes.

Comment croire, dans ces conditions, qu’il sera possible d’être formé aux nouvelles pratiques professionnelles concernant le langage, la compréhension du nombre, la découverte de l’écrit, le développement du jeune enfant en maternelle… ou encore la laïcité, la mise en œuvre des débats sur les dilemmes moraux dès le CP ?

Pourtant, comme le rappelle l’OCDE, la formation professionnelle continue a autant d’importance, si ce n’est plus, que la formation initiale dans le succès d’un système d’éducation. A titre indicatif, à Singapour, tous les enseignants bénéficient de 100 heures de formation par an.

Changer l’école ne se fait pas d’un claquement de doigt, fusse-t-il exceptionnel. Il est urgent de proposer un plan de formation continue consistant et de qualité aux enseignants du premier degré. C’est aussi cela la priorité promise au primaire.

Paris, le 31 Aout.