Interview
« Éduquer à la solidarité et à la citoyenneté »
8 septembre 2014

A l’occasion de la 14e rentrée solidaire, Fenêtres sur cours a rencontré Roland Biache, délégué général de Solidarité laïque.

Pourquoi « Un cahier, un crayon » à Mayotte cette année ?

C’est à partir du constat effectué par des organisations membres de Solidarité Laïque qui sont sur place et de différents rapports parlementaires que nous avons décidé de retenir Mayotte, département « le plus jeune de France », pour cette rentrée solidaire. Un Mahorais sur deux a moins de 17 ans. Cette jeunesse représente un potentiel formidable, mais constitue un véritable défi en termes d’éducation et de formation. La scolarisation massive, très récente, a progressé de 45% en 10 ans et la construction d’infrastructures peine à suivre, ainsi que la mise en place des conditions matérielles d’accueil pour apporter une éducation digne de ce nom. Sans vouloir nous substituer aux responsabilités des pouvoirs publics, nous entendons aider les écoles les plus démunies à améliorer ces conditions matérielles d’accueil pour les élèves.

Comment percevez-vous la mobilisation des enseignants sur ces questions de solidarité éducative ?

Elle est réelle et dépasse le seul suivi des instructions officielles. Les organisations complémentaires de l’école proposent des initiatives qui sont appréciées et les retours sur la rentrée solidaire sont très positifs tant de la part des enseignants que chez les élèves. C’est l’occasion d’aborder autrement les matières du programme, d’éduquer à la solidarité et à la citoyenneté. Et puis Solidarité laïque est un peu leur maison commune. Ce sont eux qui l’ont créée !

Où en est la France en matière d’aide au développement de l’éducation ?

La situation actuelle est paradoxale. La France reste un gros contributeur d’aide publique au développement y compris en matière de coopération éducative. Mais selon nous, celle-ci doit être réorientée vers la priorité à l’éducation de base. La tendance générale est à la baisse. Dernier exemple en date, la non reconduction des crédits au Partenariat mondial pour l’éducation. Cependant, le processus enclenché autour des enjeux du « Post 2015 » sur les objectifs du millénaire pour le développement laisse à penser qu’un effort sera fait pour améliorer cette coopération éducative.

Lire aussi :
- « Un cahier, un crayon » pour les enfants de Mayotte

Visiter :
- le site de Solidarité laïque