Projet écriture
Ecrivain, c’est classe
12 janvier 2016

A Mons-en-Baroeul (59), des classes se sont engagées dans des projets avec des écrivains.

Valère Staraselski a déjà publié une quinzaine de livres. Face à l’écran, il lit, relit, attentif à l’œuvre en cours... « Les voilà aspirés tous les deux. Ils tombent au beau milieu d’un champ de bataille. Des obus claquent, la terre se soulève. » Sauf que ce n’est pas son texte qu’il travaille ici. Près de lui, les deux auteurs ont 9-10 ans, les yeux rivés comme les siens à l’écran. C’est leur production qu’ils livrent à l’avis du professionnel. Pas facile. Et pendant de précieuses minutes, ils sont seuls avec lui pour ajouter, enlever, propo- ser.

Onze classes cette année encore sont engagées dans les « stages écrivain » de la circonscription de Villeneuve d’Ascq Nord/Mons dans les écoles REP+ Hélène Boucher, Montaigne, Ronsard et Provinces. Les élèves consacrent une semaine à l’écriture, avec leur enseignant, un auteur et le maître supplémentaire Alain Chevalier. C’est lui qui boucle les dossiers de budget depuis douze ans, auprès de l’État, des villes, de la DRAC. C’est lui qui convainc des écrivains devenus amis de revenir aider leurs collègues en herbe. Didier Daeninckx est venu huit fois. Thierry Maricourt ou Muriel Diallo sont là encore cette année.

« Que cela reste leur texte »

Des militants à leur manière car largement bénévoles. « L’école primaire est un moment primordial où s’impriment les choses pour la vie », com- mente Valère. Quand il croise d’anciens élèves bien plus tard, le souvenir de cette écriture est intact.
Cette année, dans le CM1-CM2 de Sébastien Fermen, l’idée de départ est « un événement inattendu qui projette les personnages dans le passé de leur ville », explique-t-il, ce qui permet de réinvestir le travail d’histoire du 1er trimestre. Ses élèves, par binômes, ont effectué des recherches et lancé leurs premières idées. L’écrivain est accueilli en classe une fois la rédaction bien entamée. Enseignants et écrivains aident chaque groupe « mais de sorte à ce que ça reste leur texte ». Les illustrations sont également créées avec l’aide d’auteurs comme Marie-Anne Abesdris. Puis le tout est photocopié ou imprimé chez un professionnel et présenté en juin lors du « Créatives ». C’est aux familles d’être alors bluffées par le résultat. Et les écrivains enchaînent les dédicaces. De 7 à 77 ans...