Dossier "L’EPS se replace au centre"
École rurale dans les landes : A Gaâs, le sport fait campagne
7 avril 2015

Dans le petit village de Gaâs dans les Landes (40), il faut saisir toutes les opportunités et savoir (s’) adapter pour faire vivre l’EPS à l’école.

« L’hiver, une salle de sport fait cruellement défaut, le préau couvert et fermé est humide, peu sûr et bas de plafond » dit Nathalie, « on a un terrain multisport à dix minutes à pieds de l’école mais on hésite souvent à prendre le temps d’y aller » ajoute Patxi. Quand on parle EPS à Gaâs, un petit village landais de 500 habitants, ce sont d’abord les problèmes d’équipement qui sont évoqués par les deux titulaires qui enseignent ici depuis quelques années, respectivement au CE2-CM1-CM2 et en GS-CP-CE1. Mais la configuration des classes complique aussi la donne car il faut gérer les différences d’âge et des effectifs réduits et parfois déséquilibrés, « il n’y a que deux GS cette année ». Et puis c’est difficile d’assurer dans toutes les matières dans une classe à triple sections, sans refaire la même chose pendant 3 ans. Mais on y tient à l’EPS, car on sait bien que c’est important pour les élèves, qu’ils sont demandeurs, qu’ils accrochent à toutes les propositions et qu’ils n’ont pas tous ici une pratique sportive en dehors de l’école. Les solutions : tirer partie des ressources locales et adapter programme et activités.

Trouver des ressources

C’est ce que font Armelle et Sammy qui du fait des temps partiels des titulaires assurent cette année l’EPS dans les deux classes. Armelle a inscrit la classe des petits à l’Usep. « Cela m’aide pour la programmation, mais ça permet aussi de se tenir à l’activité et de motiver les élèves », dit-elle. Les trois cycles orientation, jeux de balles et jeux athlétiques peuvent se faire dans la cour avec du petit matériel et les rencontres USEP qui suivent leur donnent de l’ampleur. Et cet hiver, c’était acrosport sous le préau. Quant à Sammy, il trouve toujours le moyen d’adapter l’activité à sa classe. En guise de plateau sportif, la cour de récréation avec son carré d’herbe et deux panneaux de basket.

En sport collectif, il mixe les niveaux mais peut modifier des règles pour atténuer les différences d’âge, comme faire une passe à dix avant de shooter par exemple. Il invente des situations de jeux qui tiennent compte des effectifs et de l’espace tout en conservant les composantes de sports de référence. Il emprunte des kits de matériel à l’Usep et s’en fabrique lui-même. Alors au final c’est bien de deux séances d’EPS hebdomadaires dont bénéficient les petits Gaâssois.

BREVES

SNEP : Abécédaire de l’égalité

De A à Z, des idées, des ressources, des témoignages sur l’égalité filles- garçons en EPS et en sport. Le syndicat des professeurs d’EPS, le SNEP-FSU, a voulu prolonger le travail engagé dans les ABCD de l’égalité et continue donc d’en diffuser des éléments de réflexion sous la forme d’un abécédaire. On trouvera notamment à la lettre A un texte de Claire Pontais, formatrice à l’Espé de Caen sur « ces petits riens qui changent tout » et permettent d’enseigner les mêmes pratiques sportives aux filles et aux garçons. www.snepfsu.net/actualite/abecedaire.php

EP&S : La revue

Au sommaire du numéro 364 de la revue EPS un dossier sur les liens entre sport et citoyenneté. Cinq fois par an, la revue aborde l’actualité de l’EPS à travers un magazine et propose deux cahiers pratiques, l’un pour les 3-12ans, l’autre pour les plus de 12 ans. Créée en 1950 par des formateurs en éducation physique et sportive, elle est devenue une référence pour les professionnels du sport et de l’EPS et édite également de nombreux ouvrages sur toutes les activités physiques, sportives et artistiques. www.revue-eps.com

Transversalité : Des livres à ne pas lire assis

Depuis une dizaine d’année, l’équipe EPS du Tarn est à l’origine d’un groupe de recherche-action sur les livres jeux. À partir de séquences dans les classes et de stages avec les enseignants, il réalise des objets littéraires qui servent de support à des activités dans le domaine de l’éducation physique. Après des albums à jouer, à danser, à grandir, à s’orienter destinés aux élèves de maternelle, la dernière production du groupe : « le grand défi » s’adresse au cycle III. Un roman d’aventures de 48 pages qui se nourrit de défis sportifs dont les règles évoluent à travers les âges et donne lieu à un module d’apprentissage en EPS www.reseau-canope.fr

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport de l’IGEN : L’EPS débriefée
- « Mettre les pratiques sportives à l’étude » : Trois questions à Pascal Grassetie, formateur EPS à l’Espé de Bordeaux
- Projet sportif à Bordeaux : Charles Martin, une école friande d’USEP
- École rurale dans les landes : A Gaâs, le sport fait campagne
- « Un apprentissage fondé sur des expériences concrètes » : Entretien avec Yvan Moulin, formateur en ESPE