ASH
EREA : les discussions reprennent
29 mai 2016
  (1 vote)

Le 1er juin, les enseignants des EREA étaient mobilisés partout en France pour refuser les suppressions de postes de PE-éducateurs et revendiquer un renforcement de l’enseignement adapté du second degré, avec des PE-éducateurs spécialisés, revalorisés, et des moyens pour la réussite de tous leurs élèves. Premier résultat, le ministère s’est engagé à relancer le groupe de travail sur les EREA. La réunion se tiendra le 16 juin prochain.

Un rassemblement s’est tenu à Paris, place des invalides, où près de 200 PE-éducateurs se sont retrouvés avec banderoles, sirènes et porte-voix pour faire entendre leurs revendications. L’intersyndicale réunissant le SNUipp-FSU, la CGT éduc’action, SUD et FO, accompagnée d’une délégation de PE-éducateurs, a été reçue rue de Grenelle.


Au cours de cette audience, le SNUipp-FSU a insisté sur l’importance des internats éducatifs au sein des EREA avec des personnels formés à l’action pédagogique et éducative auprès de jeunes en difficultés et en décrochage scolaire. La suppression des postes de PE-éducateurs est donc un très mauvais signal, une mesure qui va dans le mauvais sens. Depuis longtemps, au sein des internats, les PE éducateurs font des EPI (par exemple atelier cuisine qui permet de travailler sur les proportionnalités) ou de l’AP (aide aux devoirs, aux apprentissages) auprès de leurs élèves pour les aider. Supprimer les PE éducateurs, c’est supprimer ces possibilités pédagogiques que la ministre impose par ailleurs pour le collège à la rentrée. Est-ce à dire que ces élèves d’EREA ne sont pas des collégiens comme les autres ?

Le ministère a répondu que les EREA avaient toute leur place dans le traitement de la difficulté scolaire et qu’il n’était pas question de les déstabiliser. Il a reconnu s’y être mal pris en publiant une note de service en octobre dernier entraînant de nombreuses fermetures de postes de PE-éducateurs dans les internats éducatifs, remplacés par des AED, précaires et non formés.

Il s’est engagé à rouvrir le groupe de travail sur les enseignements adaptés du second degré, qui depuis 2014 n’avait jamais abouti concernant les EREA. Une première réunion se tiendra le jeudi 16 juin pour engager les discussions sur les missions des enseignantes et enseignants en EREA, sur l’articulation entre le volet éducatif et pédagogique des internats, mais aussi concernant les obligations de services et les régimes indemnitaires des personnels.

Pour le SNUipp-FSU, si ce groupe de travail est indispensable pour une réelle reconnaissance de la spécificité des missions et une revalorisation des enseignantes et enseignants d’EREA, il doit s’accompagner de la suspension de toute mesure de fermeture des postes de PE-éducateurs. Le syndicat interviendra à nouveau en ce sens auprès du ministère et dans les départements.

Lire aussi :

- EREA : journée nationale d’action le 1er juin à Paris