Dossier : "Enseigner : l’école ramène sa science"
EN BREF
19 mars 2014

- 2003 : Le consensus

  • En 2003, une conférence de consensus sur la lecture est organisée par le Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF). Il s’agissait alors de faire le point sur ce qui faisait accord dans le domaine de l’apprentissage de la lecture à partir des travaux de la recherche et des questions de praticiens. Les experts insistaient alors sur la nécessité de l’automatisation de la reconnaissance des mots et du code phonographique qui devait se combiner avec un travail d’acculturation à l’écrit, de production de textes et de compréhension.
  • _ www.cndp.fr

- 2006 : La polémique

  • En janvier 2006 Gilles de Robien affirme que les méthodes dites mixtes en vigueur perpétuent une approche globale de la lecture qui selon les chercheurs qu’il cite (Liliane Sprenger- Charolles, S. Dehaene, J. Ziegler) sont contre-productives. Sa circulaire prône l’usage exclusif de méthodes syllabiques pures. La polémique est lancée. Chercheurs, syndicats et associations réagissent en refusant ce débat des méthodes qu’ils jugent dépassé, simpliste et peu conforme aux réalités du travail de lecture dans les classes.
  • _ www.snuipp.fr/IMG/pdf/4pages_lesture.pdf

- 2012 : La recherche en question

  • Un rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale daté de novembre 2012 a évalué les programmes PARLER et ROLL, deux dispositifs destinés à améliorer l’apprentissage de la lecture. Le rapport inventorie des points forts et des points de vigilance dans chacun des programmes mais se demande « si les effets positifs constatés sont du registre de “l’effet expérimentation” ou relèvent vraiment de raisons didactiques et/ou pédagogiques ». De façon plus générale il encourage le ministère à une réflexion sur une « éthique des expérimentations » car « les élèves ne peuvent être réduits à un statut de “cobayes” sur lesquels on exerce une action pour en voir les effets. »
  • www.education.gouv.fr

- Plateforme : Une année au CP

  • Lancée l’année dernière, la plateforme « Lire… une année d’apprentissage de la lecture » propose de nombreuses entrées vidéo à la manière des webdocumentaires pour suivre la chronique de deux classes de CP tout au long d’une année scolaire. Le vécu des différents acteurs (élèves, parents, enseignants) est complété par des interviews de spécialistes (linguistes, psychologues cognitivistes, pédagogues) et permet ainsi de s’adresser au grand public comme aux enseignants.
    www.cndp.fr/lire-au-cp

- Lectorino lectorinette : La construction d’un outil

  • A l’université d’automne 2012 du SNUipp, Sylvie Cèbe a expliqué comment elle avait travaillé avec Roland Goigoux à la conception d’outils pédagogiques et didactiques centrés sur l’enseignement de la compréhension de l’écrit à l’école primaire. Après « Lector & Lectrix » publié en 2009, « Lectorino & Lectorinette » son petit frère destiné aux enseignants de CE1 et CE2 a fait l’objet lui aussi d’expérimentations en classe et de travail commun entre praticiens et chercheurs avant d’être proposé aux enseignants.
    Rubrique Le métier / témoignages

- Neurosciences et apprentissages : Approches globales

  • En 2007 l’OCDE publiait les travaux de son Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI) sur les apports des sciences cognitives à l’apprentissage. Les conclusions du rapport rappellent « le besoin d’approches globales, prenant en compte l’interdépendance du corps et de l’esprit, qui tiennent compte des liens étroits entre bien-être physique et intellectuel, aspects émotionnels et cognitifs, esprit analytique et capacités créatrices. » En ce qui concerne la lecture le document précise que « comprendre le rôle et la place de ces deux processus [le traitement phonologique et le traitement sémantique] permet d’avancer que la meilleure façon d’enseigner la lecture combine l’instruction dite ‘syllabique’ et la méthode dite ‘globale‘. »
    www.oecd.org