ÉLÈVES GAUCHERS : Des adaptations nécessaires
25 janvier 2010

Aujourd’hui les élèves gauchers ne sont plus stigmatisés, ni contraints d’écrire de la main droite comme l’ont précisé des instructions de l’éducation nationale au BO n°1 du 14 février 2002.

Mais est-il suffisant de se contenter de ne plus contrarier ces élèves qui, bien que moins nombreux que les droitiers, représentent entre un et deux millions d’élèves au primaire ?

Ils évoluent dansun environnement qui ne leur est pas adapté, depuis les poignées de porte, les ciseaux jusqu’au sens de la lecture de gauche à droite ! Cela leur demande des efforts constants, des crispations physiques parfois importantes, voire des problèmes posturaux comme le signale le docteur Michel Galobardès [2].

Ce dernier se consacre depuis longtemps à ce problème (voir FSC 280) et il alerte sur la nécessité d’aider et d’accompagner ces élèves dans leurs apprentissages : ne pas les laisser se débrouiller, leur proposer des outils adéquats, les installer sur le côté gauche de la table, dans la rangée de gauche. Le cahier doit être décalé sur la gauche et penché vers la droite, les modèles d’écriture placés au-dessus de la ligne à écrire. Une observation attentive permettra de veiller au contrôle de la prise de crayon, de la position de la main et du poignet. Il reste qu’il est toujours difficile de trouver les ressources « pour adapter la pédagogie à la grammaire mentale »d’un élève gaucher.