SEGPA-EREA
Des situations à régler d’urgence
21 avril 2013

Dans un courrier adressé au ministère, le SNUipp-FSU dresse un bilan inquiétant de la situation des SEGPA EREA, en particulier dans certains départements, et demande des solutions rapides dans le respect des circulaires.

Réductions des capacités d’accueil, classes à double niveau, modalités d’orientation, sorties insuffisantes vers des formations qualifiantes en lycée professionnel : « nous demandons au ministère d’intervenir au plus vite pour régler ces situations difficiles ». Après une rencontre rue de Grenelle le 10 avril dernier, le SNUipp-FSU a une nouvelle fois alerté le MEN sur la situation des SEGPA et EREA qui, au niveau national se retrouvent globalement dans des situations difficiles. Ainsi, le syndicat note dans certains départements des dérives inquiétantes avec par exemple, la baisse des orientations occasionnée par le non-redoublement et la quasi-disparition des Rased. Dans d’autres, ce sont les difficultés pour les élèves à trouver des stages, un éventail réduit de CAP proposés par les lycées professionnels ou la réduction des postes de direction d’établissement qui sont pointés.

Respecter les textes

Dans une enquête réalisée auprès de ses sections départementales, le SNUipp a relevé les situations les plus criantes. Ainsi dans l’Aisne, après de nombreuses fermetures intervenues ces dernières années le nombre d’élèves est très élevé dans certaines divisions (jusqu’à 18). Dans les Ardennes, là aussi, la même politique a réduit le nombre de classes avec des SEGPA à trois divisons et jusqu’à 20 élèves par classe. Dans le Calvados on assiste à une généralisation du double niveau, idem dans la Manche où les effectifs par classe sont très élevés. Dans le Cher, en Cote d’or, dans la Loire, en Moselle ou le Pas de Calais, « dans bien des départements ces choix accentuent les risques de décrochage de nombreux collégiens qui ne trouvent plus les conditions de scolarité qui leur permettraient de s’engager et de réussir dans une formation qualifiante » insiste le SNUipp. Il demande que ces situations évoluent positivement, dans le respect des textes et dans l’intérêt des jeunes en grande difficulté.

Télécharger :
- la lettre au ministère
- les résultats de l’enquête du SNUipp-FSU