Grève le 3 février
Des salaires revalorisés pour un métier reconnu
26 janvier 2015

Alors que la paye des enseignants des écoles va baisser dès janvier, il y a urgence à mettre un terme au déclassement salarial et de prendre des mesures de revalorisation.

Si la ministre de l’Éducation nationale a gratifié les recteurs de bien belles étrennes - au moins 10 420 € de prime annuelle - les enseignants subissent de leur côté une cinquième année de gel du point d’indice. Leurs salaires vont même baisser : une perte annuelle qui va de 96 euros pour un enseignant à l’échelon 3 à 167 euros à la Hors classe après l’augmentation de la retenue pour pension au 1er janvier. Il est urgent d’inverser le phénomène de déclassement salarial des enseignants. C’est aussi une condition pour redonner de l’attractivité au métier.

Il s’agit donc de revaloriser la valeur du point d’indice, de l’indexer sur les prix et de prendre des mesures de rattrapage pour tous, notamment via une augmentation de 50 points d’indice (230 € mensuels).
Dès aujourd’hui, il est indispensable que le ministère prenne une première mesure d’urgence, l’alignement de l’ISAE (400 € annuels) sur la part fixe de l’ISOE du 2nd degré (1 200 € annuels).

C’est une des revendications portées par le SNUipp-FSU dans la grève du 3 février.

Lire aussi :

- rattrapage salarial pour les recteurs : et pour les PE ?
- les salaires en baisse au 1er janvier 2015
- pour la réussite des élèves : des conditions de travail améliorées
- relancer la formation : il y a urgence !