Interview
Des réponses pédagogiques aux problèmes de comportement
13 janvier 2014

Pour Marc Chevallier, enseignant spécialisé ressource à Paris, pédagogie institutionnelle, par contrat ou par renforcement positif sont autant d’options possibles à la gestion d’élèves en difficultés comportementales. Entretien

Comment agir face aux problèmes de comportement des élèves à l’école ?

Répondre à ces problèmes suppose déjà d’éviter une classification hâtive dans la case « troubles du comportement ». Depuis qu’il existe des ressources pour l’inclusion des élèves en situation de handicap, on a tendance à répondre de manière institutionnelle et par un étiquetage médicalisé des troubles. Il ne faut pas oublier que face à des difficultés psycho/éducatives, l’école a la responsabilité d’agir en terme de prévention. A fortiori avec ces enfants qui, toujours aussi nombreux, ne naissent pas élèves mais doivent l’apprendre. On obtient de très bons résultats lorsqu’on propose des adaptations de manière précoce et une participation active de l’ensemble des enfants. Il existe donc des réponses pédagogiques : la pédagogie institutionnelle par exemple pourrait toujours être d’actualité. Dans les quartiers difficiles, elle est souvent utilisée et permet de mettre des mots sur les émotions, de faire intervenir des médiateurs et de gérer les conflits. La pédagogie par renforcement positif est aussi un outil intéressant. Les contrats de comportement qui mettent en exergue les possibles et non les lacunes peuvent aussi correspondre. Notre école sait punir mais ne sait pas récompenser ou valoriser suffisamment les enfants qui sont en précarité sociale, affective et émotionnelle.

Vous insistez sur l’importance d’une prise en charge collective

Chez ces élèves, un véritable problème de comportement se manifeste dans tous les lieux, dans toutes les classes et face à tous les adultes. Il faut donc adapter nos réponses individuellement bien sûr, mais aussi proposer une pédagogie basée sur le partage des compétences sociales. L’éducation à la citoyenneté et la gestion des conflits doit se faire par une pratique lisible, régulière et ritualisée. Il faut également que les écoles proposent une cohérence éducative pour que les enseignants soient ces modèles identificatoires, stables et contenants qui font souvent défaut à ces élèves. Une même réponse d’équipe est donc indispensable sinon ces élèves s’engouffrent dans les failles. Cela suppose un vrai travail collectif et des équipes stables. On a tendance à intérioriser l’idée que les problèmes de comportement sont liés aux problèmes sociaux. Il s’agit d’éviter ce déterminisme en montrant que ce n’est pas une fatalité.

Marc Chevallier est co-auteur de l’ouvrage Problèmes de comportement à l’école : comprendre pour agir ed Chronique sociale