EVS
Des directives pour conforter une partie des EVS en contrats aidés
28 juin 2012

Deux jours seulement pour régulariser la reconduction des EVS en cours de contrat ! Préfets et recteurs ont reçu leurs directives. La bataille pour le réemploi de ceux et celles qui arrivent au terme de leur CUI-CAE continue.

Les directives des ministères de l’emploi et de l’éducation nationale concernant le renouvellement des contrats aidés (CUI-CAE) pour les emplois de vie scolaire (EVS) ont été transmises aux Préfets et aux recteurs mercredi 27 juin en fin de journée. A charge pour ces derniers de les mettre en oeuvre avant le 29 juin !
Mais ces mesures ne touchent que les EVS qui ne sont pas arrivés au bout des possibilités de l’actuel CUI-CAE, c’est-à-dire 24 mois, pour la règle générale, et 60 mois pour les personnes relevant des dispositifs spécifiques (+ de 50 ans et/ou bénéficiant de la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé – RQTH).
Les autorisations de prolongation des contrats – dans les limites indiquées ci-dessus – doivent donc être données par les préfets sur les jeudi 28 et vendredi 29 juin afin qu’aucun contrat ne s’arrête le 30 juin. Ce, afin de garantir le réemploi des EVS en fonction actuellement. De leur côté les recteurs ont aussi été informés par le ministère pour que les chefs d’établissement employeurs mettent en oeuvre les renouvellements.

Obtenir le réemploi de tous

Annonce d’emplois aidés supplémentaires, renouvellement des contrats en cours... voilà de quoi rassurer les écoles, au moins sur ce plan-là..., avant la rentrée. Mais quid des personnels EVS ?
Au niveau national, le SNUipp-FSU continue d’interpeller et de demander au gouvernement une prolongation pour l’ensemble des EVS en poste durant cette année scolaire, pour ceux y ayant encore "droit" comme pour ceux ayant épuisé les 24 mois ou 60 mois selon les cas. Rien n’interdit de proposer un nouveau contrat aidé (nouvelles fonctions, nouveaux lieux d’exercice) aux personnels arrivés au terme de leur contrat actuel. C’est ce que défendent aujourd’hui sur le terrain les sections départementales du SNUipp-FSU auprès des DASEN. Mais un signal du ministère serait bienvenu.
Ceci illustre aussi une nouvelle fois l’urgence d’ouvrir des discussions sur la pérennisation de ces nouveaux métiers, comme le demande le SNUipp-FSU.