Course d’orientation numérique
Des chasseurs de trésor 2.0.
7 avril 2015

Guidée par GPS, une classe de CM2 fait de la course d’orientation numérique.

Des chasseurs de trésor 2.0. Voilà comment pourraient être qualifiés les élèves de cm2 de Stéphane Lebaron, à l’école Maurice Leblanc de Saint-Antoine-la-forêt en Seine-Maritime. Pour sa troisième participation au projet pédagogique européen iTec et avec le soutien du réseau Canopé, Stéphane a choisi de travailler sur la course d’orientation  : «  il s’agit de partir de coordonnées GPS pour élaborer une course au trésor en utilisant les outils numériques  »résume l’enseignant. Lors d’une première séance, les élèves découvrent un message codé de Rakham le pirate sur un vieux parchemin  : 49°31’59.4402’’N - 28’26.6664’’E. Ils devinent rapidement qu’il s’agit d’une coordonnée GPS. «  Ce petit jeu de carte au trésor a créé une motivation chez les élèves  » explique Stéphane. Ensuite, les élèves ont découvert le fonctionnement du GPS en faisant des recherches sur internet. Puis, familiarisés avec l’outil Google maps, ils commencent à localiser sur une carte un endroit précis.

Naviguer de balise en balise

Les élèves de Stéphane sont prêts à participer à leur première course d’orientation numérique. Après avoir repéré la balise placée par l’enseignant sur Google maps, ils notent précisément ses coordonnées sur une feuille pour la retrouver sur le terrain de sport à proximité de l’école. Puis grâce à de petits GPS embarqués que l’enseignant s’est fait prêter, et munis de leur carte au trésor, les groupes du capitaine Crochet, de Barbe-noire et de Surcouf naviguent de balise en balise où à chaque fois de nouvelles coordonnées GPS leur permettent de poursuivre leur chasse au trésor. Une fois l’objectif atteint, les élèves réalisent le travail inverse en cachant un objet et en calculant ses coordonnées pour proposer un mini-défi d’orientation numérique aux autres groupes de la classe. Un réinvestissement qui ouvre sur le géocatching*. «  Il suffit d’avoir un ordinateur connecté puis de se déplacer avec un plan mais en s’étant approprié une technologie spécifique » précise l’enseignant qui ne voit là qu’une variation numérique autour des activités physiques de pleine nature habituellement pratiquées à l’école.

*www.geocaching.com