Expérimentation
De nouvelles évaluations pour le primaire ?
1er avril 2013
  (1 vote)

A peine les évaluations CE1-CM2 mises au placard, le ministère propose un nouveau dispositif pour l’évaluation des compétences de tous les élèves du primaire. Un programme expérimental qui fait d’ores et déjà grincer quelques dents. Décryptage

L’annonce, faite au forum de l’innovation, est passée à peu près inaperçue mais c’est bien une petite révolution qui s’engage en matière d’évaluation des élèves. C’est à l’occasion d’une table ronde animée par des experts de la DEP qu’a été dévoilée la mise en place d’une expérimentation portant sur un tout nouveau système d’évaluation de la petite section au CM2. Mieux adapté au futur socle commun de compétences et de culture institué par la loi d’orientation toujours débattue au parlement, le dispositif est censé évaluer une batterie d’items directement inspirés de l’indice du « Bonheur national brut » mis en place par le Bhoutan, petit État situé aux confins de l’Inde et du Népal. « L’architecture du projet nous a été suggérée au cours d’une mission d’étude sur le système éducatif du pays. » précise Syrène Haveneau, chargée de la prospective au ministère et déléguée à la réussite scolaire. « dans les écoles bhoutanaises, sont évaluées plusieurs dimensions telles que bien-être psychologique, santé, usage du temps, diversité culturelle, gouvernance, vitalité de la vie démocratique, et respect de la diversité écologique. Nous avons choisi d’adapter ce corpus de compétences au vécu des écoliers français. » Il s’agit bien dès lors, de mesurer le plaisir que les enfants peuvent prendre à fréquenter l’école. Une petite révolution, déjà expérimentée dans plusieurs circonscriptions du Finistère et de Seine-Maritime.

Un dispositif controversé

Exit donc, notes, bulletins scolaires et bons points pour les enfants des écoles de Douarnenez et du Tréport. Les livrets d’auto-évaluation, conçus par l’équipe d’André Amphibi - dont les travaux de recherche sur la « constante funèbre » font autorité - déclinent les capacités à « surmonter sa contrariété », « contredire les idées reçues », « amuser ses camarades » ou encore « cultiver le potager Bio de l’école ». Pas sûr néanmoins que l’expérimentation soit généralisée, des voix s’élevant déjà pour dénoncer de possibles dérives pédagogistes. C’est ainsi que le collectif Sauvons les notes s’est associé à la fondation Édouard Bled pour organiser, sur le mode de la Manif pour tous, un grand rassemblement baptisé « zéro pointé pour le ministre ! » devant la rue de Grenelle dans les prochaines semaines. Le SNUipp-FSU a décidé quant à lui, d’interpeler Vincent Peillon pour que s’ouvrent au plus vite des discussions sur une évaluation du même type pour les enseignants des écoles.

Hélas...