Conditions | affaires étrangères, coopération
18 septembre 2010

Désormais, les recrutements sont effectués sous le régime du décret n°67-290 du 28 mars 1967, concernant l’ensemble des agents du Ministère des Affaires Étrangères, comparable à celui de l’AEFE.

Salaire

Il comprend plusieurs éléments :
- le traitement indiciaire brut (gel de l’indice pendant la durée du contrat)
- indemnité de résidence variable en fonction du pays, du grade et de l’échelon des personnels. Pour les assistants techniques (ex-coopérants), cette indemnité dépend de la fonction occupée et non du grade. Sa détermination est très opaque, des fonctions équivalentes dans deux pays différents ne sont pas forcément classées dans le même groupe. Elle est comparable à l’indemnité d’expatriation de l’AEFE.
- supplément familial lorsque le conjoint n’exerce pas d’activité professionnelle ou pour célibataire avec enfant à charge (10% de l’indemnité de résidence)
- majorations familiales éventuelles dont le montant varie selon l’âge des enfants et le pays (comme pour l’AEFE)
- une indemnité d’établissement égale à 60% de l’indemnité de résidence ; elle est définitivement acquise après deux années dans le poste. Pendant les congés administratifs, la rémunération comprend le traitement indiciaire, les majorations familiales à un taux moindre et l’indemnité de résidence à taux plein, sauf si le congé précède une nouvelle affectation (dans ce cas elle subit un abattement de 50%).

Changement de résidence

Mêmes modalités que pour l’A.E.F.E (décret 86-416 du 12/03/86).