Gestion des enseignants
Comptes et mécomptes de la Cour
22 mai 2013
  (2 votes)

Des constats pertinents, mais des préconisations inacceptables, la Cour des comptes a rendu mercredi 22 mai un rapport sur la gestion des enseignants par le ministère.

« Gérer les enseignants autrement », tel est l’intitulé du rapport de la Cour des comptes rendu public mercredi 22 mai. Dans ce texte obéissant logiquement à un point de vue comptable de la part d’une telle institution de la République, un certain nombre de constats feront échos à ce que vivent les enseignants : faible rémunération des PE, inspection injuste et inefficace, affectations conduisant les enseignants débutants vers les zones les plus difficiles, gestion calamiteuse des mutations.

Une logique de gestion quantitative

Pour autant, la Cour en tire des conclusions et des préconisations qui sont moins acceptables : affecter les enseignants sur avis des directeurs, augmenter la différenciation des régimes indemnitaires entre les enseignants, donner aux seuls directeurs la responsabilité de moduler le temps de service des enseignants en fonction du poste occupé, annualiser le temps de travail.

En se référant au classement de la France aux évaluations internationales, notamment PISA, la Cour des compte fait surtout le procès des créations de postes. « le problème n’est pas celui du nombre d’enseignants ou d’une insuffisance des moyens » : la suppression de 80 000 postes sous le précédent quinquennat ou la création de 60 000 postes en cinq ans « sont vaines si elles se font à règles de gestion inchangées ». Autrement dit, comme le dit la FSU dans un communiqué publié le jour même, « que cherche la Cour des comptes ? » si ce n’est à « justifier les 80 000 emplois supprimés ces cinq dernières années, et remettre en cause les 60 000 créations de postes prévues ».

Pour le SNUipp-FSU, si des améliorations concernant la gestions des enseignants sont indispensables, cela doit se faire sur des principes de transparence, d’équité et de travail en équipe et non pas sur une logique managériale de mise en concurrence des enseignants.

Lire aussi :
- le communiqué de la FSU