Comité Technique de l’Agence du 2 février 2016
10 février 2016

L’Agence annonce lors de ce Comité Technique la fermeture d’un nombre considérable de postes de résidents.

L’Afrique, continent le plus affecté par les fermetures, se trouve dans un contexte sécuritaire et idéologique de plus en plus difficile. Nos collègues du continent attendaient mieux de l’AEFE : comment prétendre, après une telle reculade, pouvoir continuer à diffuser correctement nos “valeurs universelles humanistes” ?

L’AEFE se doit de réaffirmer et manifester son attachement au service public en se battant pour préserver chaque poste et défendre face à la tutelle les ouvertures indispensables.

Déclaration liminaire du SNUipp-FSU au CT

Monsieur le Directeur, mesdames messieurs les membres du CT,

Pour pouvoir passer sous les fourches caudines du budget 2016, l’Agence annonce lors de ce Comité Technique la fermeture d’un nombre considérable de postes de résidents. Ces postes sont supprimés et non redéployés, contrairement aux annonces locales de certains proviseurs dont l’horloge semble manifestement retarder de deux ans.

L’Etat semble ignorer que la qualité pédagogique de son réseau à l’étranger a un prix. En 2015, l’AEFE nous affirmait que seuls étaient supprimés des postes non pourvus sur deux années successives. Ces nouvelles propositions de suppression affectent dans certains cas des postes jugés indispensables par l’ensemble de la communauté éducative (par exemple un coordinateur de langue arabe …). Dans d’autres, elles privent les établissements des possibilités de recruter ou de résidentialiser un titulaire, les contrats de droit local étant peu attractifs dans la plupart des zones concernées. Elles sont présentées lors de ce CT avec souvent un avis majoritairement négatif des Conseils d’Etablissements.

Nous regrettons et condamnons ces multiples fermetures de postes qui fragilisent un réseau déjà mis à mal. L’Afrique, continent le plus touché, se trouve dans un contexte sécuritaire et idéologique de plus en plus difficile, comme l’attestent les tragiques évènements récents affectant douloureusement la communauté scolaire de Ouagadougou. Nos collègues du continent attendaient mieux de l’AEFE : comment prétendre, après une telle reculade, pouvoir continuer à diffuser correctement nos “valeurs universelles humanistes” ? Au lieu du soutien attendu, une véritable saignée, avec presque 30 postes fermés tous degrés confondus, soit plus de la moitié des prévisions.

Ailleurs, des établissements en plein essor attendent toujours de bénéficier de l’ouverture de quelques postes de résidents, afin d’appuyer leur développement : une fois de plus, à la fin de ce CT, leurs légitimes espoirs seront déçus.

Le SNUipp attend de la direction de l’AEFE qu’elle réaffirme et manifeste son attachement au service public en se battant pour préserver chaque poste et sache aussi défendre face à la tutelle les ouvertures indispensables. Il en va de ses missions et de la vision d’avenir qu’on est en droit d’attendre d’un opérateur public digne de ce nom.

Pour aller plus loin

- Carte des emplois : les suppressions de postes

PDF - 222.8 ko

- Questions diverses

PDF - 241.5 ko

- Le compte rendu complet du CT

PDF - 278.3 ko