Circulaire de rentrée : tour d’horizon
16 juin 2015

Programmes de maternelle, enseignement moral et civique, parcours artistique et culturel, la circulaire de rentrée recense de nouvelles prescriptions sans détailler de réels moyens pour les mettre en oeuvre.

Justice et réussite, égalité et citoyenneté, formation, la circulaire de rentrée 2015 décline en trois axes les évolutions prévues pour l’école l’année scolaire prochaine. De belles intentions dont le texte ne dit pas comment elles pourront se traduire concrètement sur le terrain. En 2015-2016, ce sera en effet l’entrée en vigueur des nouveaux programmes de la maternelle (voir ci-dessous). Ce sera aussi, sans que l’on comprenne bien comment elle s’organisera, une évaluation « à des fins diagnostiques » des élèves de CE2 en français et en maths. Une banque d’outils sera mise en ligne pour permettre aux enseignants « d’évaluer les élèves au moment choisi par eux au cours des premières semaines de l’année et en fonction des objectifs poursuivis au sein de la classe ». Ce sera encore la nouvelle organisation de l’éducation prioritaire qui sera généralisée avec la mise en place des 350 REP+ et des 739 REP.

S’appuyer sur la formation ?

Est également annoncée la mise en oeuvre de deux parcours. Celui d’éducation artistique et culturelle (PEAC) qui « entend favoriser un égal accès de tous les jeunes à l’art et à la culture » et le parcours citoyen qui devra s’appuyer sur le nouveau programme d’« enseignement moral et civique » en lien avec la charte sur la laïcité. Les équipes d’école risquent de se sentir bien seules devant l’ampleur de la tâche et ses multiples déclinaisons car la circulaire est loin d’être opérationnelle sur ces points. Une absence d’indications de mise en œuvre qui risque de produire des cadrages très différents d’une circonscription à l’autre, d’autant que les programmes ne sont pas encore connus. La circulaire affirme par ailleurs que les équipes doivent pouvoir « s’appuyer sur une formation renouvelée et ambitieuse » mais on peine à en voir les signes si ce n’est la plus grande implication souhaitée des Espé et de leurs formateurs dans la FC et une nouvelle politique de publication de ressources d’accompagnement. Au final, de nombreuses et nouvelles prescriptions qu’il sera difficile de toutes accompagner. Le ministère reconnait lui-même qu’un travail de clarification du métier d’enseignant est nécessaire mais le reporte après la rentrée. « Des projets sont en préparation afin de mieux identifier et reconnaître l’ensemble des missions des personnels enseignants du premier degré » précise en effet le texte.