Dossier " Professeur des écoles : un portrait à retoucher "
Chrono : Jamais autant de temps
17 juin 2014

30 heures depuis 1887, 27 heures en 1969 puis 26 heures en 1989 pour passer à 24 heures en 2008, les horaires des écoliers n’ont cessé de se réduire avec les années. À l’inverse du temps de travail des enseignants du premier degré, gonflant au fil de l’empilement des missions et de la complexification de la profession. Conception, préparation, correction, soutien aux élèves en difficulté, relations avec les familles et les partenaires de l’école, travail en équipe, réunions diverses, temps de formation... le métier de professeur d’école est loin de se limiter aux tâches d’enseignement et explose largement le cadre institutionnel des 108 heures. Une pression encore plus pesante quand la hiérarchie multiplie les injonctions, exige des bilans incessants et des états à la minute près. Le bilan social du ministère confirme cette impression avec une évaluation à 44 heures de la moyenne hebdomadaire du temps de travail d’un professeur d’école pour 41 heures dans le second degré. Même si l’on relève des disparités selon le lieu d’exercice et les missions (voir ci-contre), les enseignants du premier degré font donc état d’une charge de travail importante dont une bonne part est « invisible » du grand public : 25h30 de présence devant les élèves, 13 heures consacrées aux activités pédagogiques, 2h30 aux activités avec la communauté éducative (collègues, parents) et 3 heures d’autres missions liées à l’enseignement. Sans surprise, ce sont les directeurs d’école qui déclarent le temps de travail le plus important (45 heures) mais globalement c’est l’ensemble d’une profession qui peine à exercer son métier dans la sérénité et la confiance dont elle a besoin au regard de l’importance de la mission qui lui est confiée.

L’ensemble du dossier :

- Présentation du dossier
- PE : un métier à réhabiliter
- Portrait de PE : profil haut et bas
- Rapports hiérarchiques inspection à revoir
- Rémunérations inégalités à tous les étages
- en BREF
- Chrono : Jamais autant de temps
- « Les différences persistent »