Petite enfance
Cassis : capitale des tout-petits
3 juin 2012
  (2 votes)

Les 7èmes entretiens de la petite enfance se sont tenus à Cassis les 30 et 31 mai derniers. Ils rassemblent chaque année des professionnels de la petite enfance et croisent les regards d’acteurs passionnés par la question. Compte rendu.

Réunis les 30 et 31 mai à Cassis à l’initiative de l’association « Du côté des enfants », les professionnels de la petite enfance ont pu rencontrer chercheurs, universitaires et spécialistes de l’éducation à l’occasion de conférences et de débats passionnés. Le SNUipp était présent et rend compte des grandes questions abordées.

Des images d’enfants à la réalité de la maternelle

Du Petit Prince à la célèbre Martine, les représentations des filles et des garçons balayent très large. Enfants sages, sales gosses et joyeux bambins, Anne-Marie Chartier, historienne de l’éducation, a révélé les origines de la littérature de jeunesse entre tradition orale et tradition littéraire. Les images traduisent de plus en plus la croyance dans une précocité extraordinaire de ce que sont capables de faire les enfants.


Précocité, forme scolaire prématurée, c’est justement ce que regrette Viviane Bouysse, inspectrice générale de l’Éducation nationale, à la lumière d’un rapport récemment dévoilé par le ministère. Un cumul d’avantages pour les uns, des désavantages qui ne se compensent pas pour les autres. Elle encourage au contraire une maternelle lieu de vie, d’hospitalité, avec des modes d’apprentissages par essais-erreurs, du jeu, des manipulations et des espaces organisés afin de motiver, d’orienter les activités, de favoriser les interactions. Une école du bien être qui en appelle à plus de progressivité.

Prendre le temps de la construction des apprentissages

Que cela concerne l’acquisition du nombre, où celle du premier vocabulaire, Michel Fayol, professeur des Universités, et Mireille Brigaudiot, spécialiste du langage, ont de leur côté ’’mesuré’’ le temps et les conditions nécessaires à des constructions solides. Michel Fayol souligne des inégalités très précoces en fonction du milieu socio culturel. Si très tôt les enfants sont capables de discriminer entre 2 et 3, l’apprentissage des nombres est extrêmement long et ne peut être accéléré. Il invite à des activités ludiques, à utiliser les doigts, à accepter les différences individuelles et à s’y adapter, à associer les parents. Mireille Brigaudiot, à travers l’histoire de Juliette, montre que l’acquisition de mots, entre un et deux ans, nécessite des activités complexes. D’un côté un enfant qui travaille sélectionne, essaye, cherche … de l’autre un entourage attentif et aimant. Il faut s’intéresser à ce qui intéresse les enfants et se caler sur leur zones de travail : c’est la formation qui apporte cela.

Analyser le travail des professionnels pour redonner du pouvoir d’agir

« Comment être dans une proximité à ce que sont capables de faire les enfants, et donc comment construire les conditions d’un travail qui ne soit pas empêché ? » s’est interrogée Françoise Carraud, maître de conférence à Lyon 2. A partir du suivi de deux crèches et d’une école maternelle, elle met en lumière la méconnaissance d’activités qui ne sont pas vues comme un vrai travail. Par des observations précises, elle décrit des professionnels pris dans des rythmes très serrés, sous le regard de parents auprès desquels il faut se justifier. Pour autant le travail est très peu reconnu, y compris par l’institution. Pour changer tout cela, il faut comprendre le travail pour le transformer et développer du pouvoir d’agir.

Pour ne pas conclure

Enfin, Edouard Durand, juge pour enfants, a proposé une analyse de l’autorité parentale, incompatible avec toute forme de violence, pouvoir donné pour protéger l’enfant et agir dans son intérêt. « Mais c’est quoi l’intérêt de l’enfant ? » conclut le juge. De quoi alimenter une réflexion qui ne manquera pas de se poursuivre. Rendez-vous donc l’an prochain... à Cassis !

Lire aussi :
- le rapport sur la maternelle enfin publié

Voir :
- l’interview de Françoise Carraud à l’université d’automne du SNUipp

Visiter :
- le site de l’association Du côté des enfants