Carte scolaire 2014
Carte scolaire 2014 : où vont les postes ?
14 avril 2014

RASED, « plus de maîtres », scolarisation des moins de trois ans, remplaçants... Le SNUipp-FSU a mené l’enquête dans les départements afin de connaître la nature des 2 355 postes créés à la rentrée prochaine dans les écoles.

Le SNUipp-FSU a mené l’enquête dans les départements afin de connaître la nature des 2 355 postes créés à la rentrée prochaine dans les écoles.

Tableau national récapitulatif

Le détail par département

A ce stade, il est possible de dégager trois tendances concernant les créations de postes, qui se retrouvent souvent en concurrence et non en complémentarité :
- ouvrir des classes pour absorber la pression démographique ( 35 600 élèves supplémentaires sont attendus )
- réabonder les postes pour les classes, les remplaçants, les RASED afin de rattraper le retard accumulé par les suppressions précédentes.
- déployer les nouveaux dispositifs « plus de maitres que de classes » moins de trois ans, allégement en éducation prioritaire…

Nos remontées montrent que chaque département est contraint de favoriser l’un de ces trois besoins souvent au détriment des autres.

Malgré les créations de postes, l’école primaire se réoxygène donc à toute petite dose. Une grande part des moyens supplémentaires est absorbée par la forte hausse démographique et pour tenter de contenir le nombre trop important d’élèves par classe qui est bien au-dessus des standards européens. Rattraper le retard accumulé au cours des dernières années, rénover la formation continue et déployer les nouvelles mesures pédagogiques pour aider les enseignants dans leur lutte contre l’échec scolaire devient donc une gageure.
Ni remise en cause, ni même aucune pause dans la promesse des 60 000 créations de postes sur le quinquennat ne sont permises. Au contraire, il faut passer à la vitesse supérieure en matière d’investissement budgétaire pour traduire concrètement la priorité au primaire, d’autant que les rentrées 2014 et 2015 prévoient près de 70 000 élèves supplémentaires.

C’est aussi le message qui est actuellement délivré sur le terrain où des appels à des actions sont d’ores et déjà lancés (grèves souvent unitaires, rassemblements…)
- La mobilisation dans les départements

900 classes supplémentaires pour 35 600 élèves en plus

Du fait de la pression démographique les autorités académiques vont attendre le dernier moment pour finaliser les mesures d’ouvertures de nouvelles classes. Pour l’heure, nos remontées font état de 3 000 projets de fermetures de classes pour à peine plus de 2 400 ouvertures. Ce sont donc environ 1 590 postes qui sont gardés en réserve pour les ajustements de juin et de septembre.

Au final, la rentrée 2014 devrait voir la création de 970 classes supplémentaires pour 35600 élèves en plus – soit une classe ouverte pour près de 37 élèves supplémentaires -

Évolution du nombre moyen d’élèves par classe en France métropolitaine depuis 2006

Source : MEN-MESR DEPP- 2013-2014

Alors que l’école primaire est connue pour avoir les effectifs parmi les plus lourds des pays de l’OCDE, la baisse du nombre d’élèves par classe ne sera pas encore à l’ordre du jour à la rentrée prochaine.

Nouveaux dispositifs au ralenti

A la rentrée, 400 postes de « plus de maitres que de classes », dont plus de la moitié en éducation prioritaire, seront créés dans 71 départements. Au total, l’école comptabilisera près de 1 800 « plus de maitres que de classes ». Pour rappel, 7 000 créations sont programmées d’ici 2017 dans toutes les écoles de REP et REP+.

A peine 141 postes sont consacrés à la scolarisation des moins de 3 ans, dont 87 en éducation prioritaire. Seule la moitié des départements créent des postes scolariser les « tous petits »

Enfin, près de 200 postes vont être consacrés à l’allégement du service des enseignants de 102 REP+. Cette nouvelle disposition doit permettre aux enseignants d’avoir plus de temps pour le travail en équipe et la rencontre avec les parents. Le SNUipp-FSU avait obtenu qu’elle concerne les écoles primaires et non pas seulement des collèges. Le financement de cette mesure annoncée en janvier dernier n’avait pas été programmé dans le budget 2014.

Créations de postes « plus de maîtres que de classes » à la rentrée 2014

Remplacement et RASED à la peine

Pour abonder les brigades de remplaçants en insuffisance chronique ces dernières années, un peu plus de 300 postes sont ouverts, soit une moyenne de 3 postes par département. Ces créations ne pourront pas permettre de remettre en place des dispositifs de formation continue sous forme de stages « en présentiel ».

Seules 83 créations de postes en RASED (réseau d’aide aux élèves en difficulté), concentrés dans seulement 42 départements.

87,5 postes sont créés pour abonder des missions fortement revues à la baisse ces dernières années : 80 créations de postes en CLIS (classes pour l’inclusion scolaire), des postes d’enseignants référents pour l’ASH, pour l’accueil des enfants allophones, des postes d’animateurs de circonscription (TICE, sciences...)…

Créations de postes RASED à la rentrée 2014

Créations de postes de remplaçants à la rentrée 2014

Nombre d’enseignants / nombre d’élèves : toujours en décrochage par rapport au taux de 2002

Depuis la rentrée 2002, où 5 650 788 élèves étaient scolarisés dans l’enseignement primaire, la hausse du nombre d’élèves s’établit à 214 682 ( +3,8%).

Parallèlement, 4 446 emplois ont été créés, soit, en moyenne, un emploi d’enseignant des écoles créé pour 48,3 élèves supplémentaires.

L’indicateur P/E ( nombre d’enseignants pour 100 élèves) a diminué passant de 5,34 en 2001 à 5,21 à la rentrée 2013. Si la courbe s’est inversée, le rattrapage des taux d’il y a plus de 10 ans n’est pas envisageable sans une véritable accélération des moyens consacrés à l’école.

Évolution du nombre de postes d’enseignants pour 100 élèves

Source : DGESCO

A consulter :

- Effectifs en hausse en 2014 et 2015
- REP+ : un même allègement de service pour tous !