Carrière, rémunérations : les négociations
15 mars 2016
  (1 vote)

Les discussions sur les carrières et les rémunérations des enseignants des écoles ont débuté en avril à l’Education nationale. Le SNUipp-FSU vous propose de suivre la négociation au fur et à mesure de son évolution.



29 juin 2016

Une classe exceptionnelle : rupture d’égalité pour les PE

Le ministère a décidé de créer une classe exceptionnelle dès la rentrée 2017.

Ce nouveau grade sera accessible uniquement à certains professeurs des écoles déjà à la hors classe et selon certaines conditions : les enseignantes et les enseignants ayant exercé certaines fonctions pendant huit ans ( direction et chargé d’école, PEMF, CPC ou en éducation prioritaire) ou des personnels dont le parcours professionnel sera qualifié « d’exceptionnel » par la hiérarchie. Seuls 4 942 collègues accèderaient à ce nouveau grade à la rentrée 2017 et environ 35 000 à l’horizon 2023.

Tous n’y auront pas droit ce qui constitue une rupture d’égalité dans la carrière des PE. Le SNUipp-FSU dénonce ce projet et propose au ministère une autre logique s’appuyant sur le principe « même métier, même dignité ».

La mesure décryptée et les contre-propositions du SNUipp-FSU


30 mai 2016

Les nouvelles carrières des PE, les propositions du ministère décryptées

Résultat des principes retenus par le protocole PPCR, dans lequel la FSU a beaucoup œuvré pour une amélioration des carrières pour tous, les carrières des enseignants vont être progressivement rénovées entre 2017 et 2020.

Dorénavant, l’avancement dans la carrière devrait se faire selon un rythme unique pour tous, mais avec deux moments d’accélération aux 6ème et 8ème échelon pour 30 % des enseignants. Au-delà de la hors classe actuelle qui devrait concerner tous les enseignants, une classe exceptionnelle réservée à certaines fonctions va être créée. Cette refonte de la carrière s’accompagne d’une nouvelle grille de salaires revalorisée et de nouvelles modalités d’évaluation.

Au final, si ces mesures ne permettent pas de rattraper les pertes de pouvoir d’achat des enseignants des écoles, il y aura tout de même un mieux pour les salaires et les carrières. On peut contester l’impasse sur les débuts de carrière quand on sait le peu d’attractivité du métier, ou la création de la classe exceptionnelle qui ne concernera qu’une petite minorité de personnels, ce qui n’est pas acceptable. A contrario, la combinaison des différents éléments (nouveaux indices, reclassement, accès la hors classe pour tous) produira une augmentation du traitement pour toutes et tous avec de meilleures perspectives de carrière par rapport à l’existant.

Tous les détails ici.


15 mars 2016

Revue de détail avant l’ouverture des discussions au ministère

Les discussions sur la mise en œuvre du protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations dans la fonction publique (PPCR) vont s’engager. Pour les enseignants, les mesures sur les carrières et les rémunérations qui s’étaleront de 2017 à 2020 se négocient au ministère de l’Éducation nationale. Des enjeux déterminants pour les enseignants.

Le cadre de discussion

Les principales mesures envisagées pour les enseignants ont été définies dans le protocole PPCR de la Fonction publique.


- Une nouvelle grille indiciaire avec des indices relevés en début et en fin de carrière : une partie des indemnités (du niveau de l’actuelle ISAE) intégrée au traitement indiciaire.
- Un déroulement de carrière reposant sur deux grades (Classe normale et Hors Classe) que tous les enseignants ayant des carrières complètes devraient parcourir entièrement.
- Un échelon de plus à la Hors-Classe (8 échelons contre 7 précédemment)
- Un avancement de carrière au même rythme pour tous.
- La création d’un 3ème grade après la Hors Classe : le GRAF.

Un certain nombre de points restent à discuter comme les modalités de passage d’un grade à l’autre, le temps de passage entre chaque échelon, les modalités d’évaluation des enseignants et des rendez-vous de carrière…

Ce que va porter le SNUipp-FSU

Pour le SNUipp-FSU, des avancées significatives pour tous les enseignants sont indispensables. Il demandera notamment :


- Un avancement à un rythme unique et le plus rapide pour tous pour passer le plus vite de la classe normale à la hors classe (il faut actuellement environ 20 ans au grand choix pour atteindre le dernier échelon de la classe normale).
- La possibilité pour tous les enseignants de terminer leur carrière à l’indice terminal de la Hors-Classe.
- Une même carrière pour tous, ce qui n’est pas prévu avec le GRAF tel que proposé qui ne serait accessible qu’à certaines fonctions (CPC, direction…) et à certains enseignants en fonction de leur mérite. Or, si certaines fonctions peuvent être reconnues par des indemnités, le SNUipp-FSU refuse le principe d’une carrière différenciée.
- Une évaluation des enseignants respectueuse des personnes, formative, dissociée de l’avancement de carrière et basée sur une observation objective des pratiques professionnelles.

ISAE : pour le SNUipp-FSU c’est 1 200 € !

L’ISAE sera également à l’ordre du jour des discussions à venir. En réponse à l’initiative du SNUipp-FSU pour l’ISAE à 1 200 euros, soutenue par plus de 50 000 enseignantes et enseignants des écoles, la ministre avait affirmé que sa revalorisation serait discutée très prochainement. Mais à ce jour, le gouvernement n’a encore décidé ni du montant de cette revalorisation, ni du principe d’une programmation conduisant aux 1 200 euros de l’ISOE du second degré. Lors des discussions à venir, le SNUipp-FSU défendra deux enjeux majeurs  : la nécessité d’augmenter l’ISAE pour relever enfin les rémunérations des enseignants du primaire, parmi les plus faibles en Europe et la transformation de cette indemnité en points d’indice, afin qu’elle soit prise en compte pour le calcul de la retraite.