Dossier "Fonctionnement de l’école : Quelle direction ?"
Au quotidien : Une fonction sous tension
12 novembre 2013

Les directeurs et les directrices sont des rouages essentiels à la bonne marche de l’école, mais avec une multiplicité de tâches dans des domaines qui évoluent sans cesse.

La journée de travail d’un directeur ou d’une directrice est remplie d’une multitude de tâches, dans des domaines très différents. Les prescriptions descendantes de la hiérarchie et de l’institution, mais aussi les demandes qui peuvent venir des parents, des élèves, de leurs adjoints, donnent aux directeurs le sentiment de n’en jamais finir. Le souci de bien faire les tenaille, mais l’urgence et les activités interrompues ne leur procurent pas la sérénité qui leur permettrait de mener à bien tous leurs dossiers. Ils doivent développer des compétences nouvelles, organisationnelles, d’animation, de contrôle, mais tout seuls.

Impulser le travail d’équipe

Scolariser un enfant porteur de handicap ? C’est maintenant le directeur qui est chargé d’en faire la demande auprès de la MDPH. Auparavant, c’était les familles. Les nouveaux rythmes scolaires  ? C’est le directeur qui est chargé de régler les problèmes d’articulation et de passage d’élèves entre les temps scolaire et péri-scolaire ; c’est le directeur qui participe à l’élaboration des PEDT. Et tout ce temps passé à classer des fiches, remplir le PPMS, trier et répondre aux mels, saisir base-élèves, remplir des enquêtes dont ils ne voient jamais les analyses ni les résultats, faire des compte-rendus que personne ne lit... Clé de voûte de l’école, les directeurs, dont les tâches administratives sont relativement définies (et plus faciles à contrôler par les IEN...), sont en revanche sans modus operandi pour tout ce qui concerne la conduite de réunion, savoir donner la parole, cadrer et recadrer les débats, proposer des perspectives, bref impulser le travail d’équipe... la vraie vie de l’école. Obligés de se débrouiller en puisant dans leur propre expérience d’enseignants, ils tentent d’être efficaces, en s’appuyant le plus possible sur le travail de réflexion mené dans les conseils de maîtres qui peuvent être un vrai espace de partage et de prise de décisions. Pour peu qu’ils les organisent ainsi, avec volontarisme, et en trouvant l’adhésion des adjoints. Parce que la seule préoccupation que partagent tous les directeurs, c’est que l’école « tourne » le mieux possible. Car ils sont et restent avant tout des enseignants au service de la réussite des élèves.