Dossier "Enseigner les langues étrangères : ¡ Lo podemos !"
Au Mans | Dear Papà Noely…
8 janvier 2016

Dans la Sarthe, plusieurs écoles travaillent sur les langues du monde, une approche plurielle qui permet de mieux comprendre aussi... le français.

« Merhaba ! » C’est en turc que les enfants saluent Mahsa, étudiante iranienne venue animer avec leur maîtresse Martine Molière des séances d’éveil aux langues. Ils savent aussi le dire en persan ou en chinois. Nous sommes en décembre, école Claude Bernard (REP+) du Mans où une dizaine de nationalités se côtoient. Dans des langues du monde entier, les élèves de Grande section étudient des lettres adressées au père Noël et cherchent des indices pour les comprendre. Grâce à des enregistrements audio, ils écoutent chaque lettre en allemand, anglais, roumain... La structure est simple et identique : « Père Noël je voudrais ». Suivent trois noms de jouets, choisis de façon suffisamment transparente. Hypothèses, déductions permettent de reconnaître « Puppe » en allemand : la poupée, et « Police car », c’est bien sûr la voiture au gyrophare.

Pour tous les apprentissages linguistiques

« Il faut des appuis pour que les élèves puissent trouver », explique Françoise Leclaire, chargée de cours à l’Université du Maine et l’une des fondatrices de l’association AFaLaC (association familles langues cultures) qui fournit aux écoles des exploitations plurilingues d’albums, avec CD, comme « La petite poule rousse » ou « Veux-tu être mon ami ? »

L’idée est de mettre les enfants en situation de recherche active, « Faire de toutes les langues des objets d’étude », explique-t-elle, pour développer des compétences de discrimination visuelle, auditive, la curiosité envers ces autres parlers qui leur « serviront dans tous leurs autres apprentissages linguistiques ». Une dizaine d’écoles du Mans bénéficient de ces actions-formation, des PS au CM2. Les plus grands travaillent sur la construction du groupe nominal ou la négation, repèrent les similitudes, les différences. « La comparaison avec d’autres langues permet de mieux comprendre le français », remarque l’enseignante. Elle abordait jusqu’ici les langues « par des contes, des chants, la venue de parents ». Grâce à ces séquences, très structurées, elle se sent désormais mieux armée et poursuit la démarche seule, « ça m’a donné une ligne d’horizon ». En tchéchène ça se dit ?

EN BREF

OUTILS
LANGUES DU MONDE AU QUOTIDIEN


Comme tout le monde n’a pas de notions de finnois, chinois ou turc, loin s’en faut, les enseignants ont besoin
de ressources clés en main pour aborder différentes langues avec leur classe.
« Les langues du monde au quotidien  », au SCEREN, a été élaboré dans ce sens par Martine Kervran maître de conférences à l’ESPE de Bretagne avec des enseignants et différents experts comme Michel Candelier ou Françoise Leclaire. On y trouve des séances détaillées, à partir d’albums, et des CD, ceci dans chaque cycle.
EN BREF

SITE
DES SÉQUENCES, DES ÉCHANGES


De nombreuses ressources sont également proposées par le ministère de l’Education nationale comme le site Primlangues qui propose des séquences pédagogiques, des activités pour la classe et des supports de cours. Principalement en anglais puisque cela reste la première langue enseignée dans les classes et de loin. Le site Comenius permet également aux écoles de trouver des correspondants dans d’autres pays et même des étudiants étrangers prêts à intervenir dans les classes.
www.primlangues.education.fr
www.agence-erasmus.fr/page/comenius
EN BREF

ANDREA YOUNG
« Le multilinguisme, une chance pour tous »


Andréa Young, sociolinguiste, maître de conférences à l’Espé de Strasbourg, est venue à l’Université d’automne du SNUipp-FSU à Port Leucate en octobre 2014 expliquer l’importance de prendre en compte les différentes langues des élèves, des familles. Pour que chacun se sente accepté à l’école mais aussi parce que la maîtrise qu’ont certains élèves d’une autre langue ne peut qu’enrichir le reste de la classe et leur servir d’appui à l’apprentissage du français et d’autres langues.
Rubrique L’enfant / Témoignages

L’ensemble du dossier
- Présentation du dossier
- État des lieux : Yes we can, but…
- « Il faut dépasser l’entrée par le lexicalisme » - 3 questions à Martine Kervran, maître de conférence en didactique des langues à l’ESPE de Bretagne
- Saint-Saturnin (Puy-De-Dôme) : Communiquer avec les autres tu apprendras
- Au Mans : Dear Papà Noely…
- « Le monde, ce n’est pas uniquement le monde anglophone » - Entretien avec Michel Candelier, Chercheur en didactique, coordinateur du projet CARAP au Conseil de l’Europe