Animer la lecture
14 septembre 2015

Fonctionnant sur la surprise, le livre animé est un support extraordinaire en classe. Manipulation, imagination, anticipation et retours en arrière avec une dimension ludique et une mise en activité permanente du lecteur, le livre animé est dynamique, créatif et complexe. Il détourne à peu près tous les styles traditionnels d’albums, et pas qu’en français ! Il y en a donc pour tous les goûts, régalez-vous… Avant peut-être de faire découvrir à vos élèves les découpages-pliages et autres techniques du papier qui, comme les ribambelles, les émerveillent toujours.

Lots of bots

De David A.Carter and Noelle Carter, Ed. Robin Corey books. Tous cycles

Livre à compter, il propose, sur chaque page, une question (« Who makes you happy when you are sad ? »), à laquelle répondent de charmants petits robots prêts à faire des bisous, laver les dents ou explorer les fonds sous-marins. Beaucoup de choses à découvrir qui apparaissent, tournent, se déplient. Premier titre d’une série de pop-up d’un grand créateur américain. Pour travailler l’interrogation et compter jusqu’à 10. Amazing !

Boucle d’or et les trois ours

De Marion Billet, Ed. Tourbillon. Cycles 1 et 2

Un ruban à dénouer, les petites marionnettes prédécoupées vous attendent. Et le livre théâtre, déplié sous forme de triptyque, devient le décor dans lequel raconter l’histoire de Boucle d’or en déplaçant les personnages. Un chouette Pop up, dans lequel, tel un metteur en scène, on promène Boucle d’or partout dans la maison avant de la mettre au lit. Et partout des petits volets à ouvrir, à tripoter pour explorer, comme la petite curieuse, la maison des trois ours.

Oh ! Mon chapeau

De Anouk Boisrobert et Louis Rigaud, Hélium, Ed. Actes Sud

Un demi-rond bleu, quelques traits de crayons et c’est le début d’une course-poursuite à travers la ville à la recherche d’un petit singe voleur… Du zoo au parc, de la boulangerie au grand magasin, de la bibliothèque au sommet du gratte-ciel, ce chapeau nous fait vivre une jolie aventure graphique et en volume. À partir de quelques formes géométriques, de quelques couleurs de base et d’un coup de feutre noir, l’inventivité des auteurs crée tout un univers en trois dimensions !

Vasarely

Mis en volume et interprété par Philippe Ug, Ed. Les grandes personnes

Sculpteur de papier, artiste emblématique du Pop up, Philippe Ug a mis ici tout son talent au service de l’oeuvre de Vasarely. Cette mise en volume de six de ses oeuvres majeures fait jaillir du livre l’univers du célèbre plasticien, en lui donnant de nouvelles ailes. Un format bien pensé, une harmonieuse diversité de couleurs, des perspectives spectaculaires… Un bel album pas si fragile : les enfants adorent et font attention en manipulant !

Kandinsky

Un pop up poétique, de Claire Zuchelli-Romer, Ed. Palette. Tous cycles

Six pages en hommage au peintre, à travers lesquelles s’élabore peu à peu le tableau « Plusieurs cercles », grâce à une multitude de pastilles colorées et de discrets mécanismes. Un bleu d’abord, puis deux bleus, un peu de volume, le jaune apparaît et avec lui, le vert… la dernière page est comme un festival de volume. Poétique, voire même musical, il donne envie de jouer avec les découpages et les collages qui émerveillent toujours.

600 pastilles Noires

De David A. Carter, Ed. Gallimard jeunesse. Tous cycles

Réparties parmi les époustouflantes sculptures de papier qui se déploient tout au long de la lecture, comptez ces pastilles noires juchées sur des herbes blanches, des branches jaunes, des échafaudages ou cachées sous plusieurs épaisseurs de papier, mêlées à d’autres algues et serpentins… Feu d’artifice, sapins de noël, mobile de Calder. Le texte reste minimaliste et laisse la place à toutes les ballades poétiques possibles. Les animations sont exceptionnelles.


Le jour où le soleil a disparu

Le théâtre d’ombres de Nathalie Dieterlé, Ed. Casterman. Tous cycles

Le jour où le soleil a disparu et que la nuit s’est répandue sur la terre, il fallait bien aller le chercher ! C’est un conte inuit dont le thème se prête magnifiquement à la proposition de théâtre d’ombre faite par l’auteur. Chaque page de droite, par un habile système de pliage et de découpages, devient décor de l’histoire qu’on racontera dans l’obscurité, armé de la petite lampe de poche adéquate. Outre le conte lui-même, entre le dialogue de la grandmère qui raconte et de la petite fille narratrice, les jeux d’ombres, l’univers arctique, les illustrations aux fonds aquarellés et les petits personnages au naïf et fin trait noir, sans oublier le découpage… il y a de quoi entraîner les enfants dans de nombreuses découvertes !