Prévisions
Effectifs en hausse en 2014 et 2015
7 avril 2014

Les prévisions d’effectifs de la DEPP prévoient une forte augmentation du nombre d’élèves dans le 1er degré pour les rentrées 2014 et 2015. Pour le SNUipp-FSU, l’investissement budgétaire doit donc s’amplifier.

La dernière note de la DEPP prévoit une forte augmentation du nombre d’élèves dans le 1er degré pour les rentrées 2014-2015 et 2015-2016. En 2014, ce sont 35.600 nouveaux élèves qui seraient attendus dans les écoles, suivis de 23.400 nouveaux à la rentrée suivante.

Évolution des effectifs dans le 1er degré (en milliers)

Source : MEN/DEPP

Cette hausse toucherait principalement l’école élémentaire (+32 220 élèves en 2014 et +22 600 élèves en 2015) qui accueillerait les générations 2006 et 2009, années qui avaient marqué une forte augmentation des naissances. En revanche, « les effectifs de pré-élémentaire devraient connaître une croissance bien plus atténuée » en raison d’un légère baisse démographique après 2010 (+2 800 élèves en 2014 et +200 en 2015) indique la DEPP. Selon le ministère, « l’accroissement du nombre d’enfants de 2 ans entrant à l’école lors des deux prochaines années compense intégralement les évolutions démographiques liées à la taille des générations ».

Évolution des effectifs dans l’enseignement élémentaire (en milliers)

Source : MEN/DEPP

L’investissement budgétaire doit passer la vitesse supérieure

Pour le SNUipp-FSU, la création de 2355 postes dans le 1er degré à la rentrée 2014-2015 est en grande partie absorbée par la hausse démographique. La priorité au primaire doit donc passer à la vitesse supérieure. C’est la ligne que défend le SNUipp-FSU. Le retard accumulé par les suppressions de postes des dernières années (effectifs, RASED, remplacements ) n’est pas encore rattrapé, les moyens nécessaires aux transformations ( plus de maîtres que de classes, allégement de service en REP+) sont tout juste amorcés, d’autres moyens pour changer l’école ( formation continue, décharge pour la direction, les maitres formateurs ) ne sont pas encore programmés. La remise en cause des 60 000 créations de postes dans l’éducation constituerait un renoncement inacceptable. Aucune pause n’est permise. La réussite des élèves est une urgence. Transformons l’école en y consacrant les moyens nécessaires.

A consulter :
- La note d’information de la DEPP