Temps de travail
APC : de premières avancées
1er décembre 2016

A l’occasion d’une rencontre au ministère, le SNUipp-FSU a obtenu l’ouverture de discussions sur les APC et une première reconnaissance du travail invisible. Compte-rendu

Le 30 novembre, le SNUipp-FSU était reçu au ministère de l’Éducation nationale pour rappeler l’objectif de sa campagne sur les APC, à savoir la redéfinition du temps de travail dans l’objectif de sa réduction. Il s’est fait le porte-parole des enseignants des écoles qui, dans cette action, disent leurs questionnements autour de l’efficacité des APC mais aussi combien leur travail s’est intensifié. Des enseignants qui expriment la nécessité que soit reconnu un ensemble de tâches invisibles qui concourent pourtant, pour chacune d’elles, à la réussite de tous les élèves.

Ouverture des discussions

Le ministère a admis que la question du temps non reconnu est une préoccupation forte et dit vouloir avancer sur ce dossier. Il s’est dit prêt à des discussions sur un élargissement du cadre des APC à des activités qui ne concerneraient pas directement un groupe d’élèves. C’est un premier pas qui va dans le sens de la demande du SNUipp-FSU que l’engagement des enseignants dans des projets, dans le travail en équipe, dans le lien avec les familles soit reconnu et pris sur les temps d’APC. Une nouvelle rencontre, ouverte aux autres organisations syndicales est prévue dans quelques jours. Le calendrier des discussions devrait s’étaler jusqu’en mars.

Le syndicat a insisté pour que, durant cette période de dialogue, le ministère ne donne pas de directives aux DASEN pour sanctionner ou exercer des pressions sur les personnels engagés dans l’action d’arrêt des APC.

Lire aussi :
- APC : l’action commence à payer. Renforçons-la !