Handicap
8 000 postes créés pour l’accompagnement
21 juin 2013
  (2 votes)

Vincent Peillon a annoncé jeudi 20 juin la création de 8 000 postes pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap, mais la question de leur professionnalisation reste posée.

Le ministre de l’Éducation nationale a annoncé jeudi 20 juin au Sénat la création de « 8 000 postes à la rentrée pour accompagner les enfants en situation de handicap ». Ce chiffre est une estimation des moyens qui devraient être engagés par la rue de Grenelle pour répondre aux prévisions des besoins en accompagnement évalués par les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Mardi dernier, le ministère avait déjà annoncé le recrutement de 10 000 emplois pour l’aide administrative aux directions d’école. Ces 18 000 postes font partie de la création de 30 000 emplois aidés à la rentrée 2013 notifiée par le ministre le 11 juin dernier. Le ministre a précisé concernant les 8 000 postes que « tout le monde ne sera pas recruté au 1er septembre », mais que si les besoins s’avéraient supérieurs « ils seraient pourvus ». Ils seront recrutés sur des contrats de 24 mois à raison de 20h de travail par semaine.

Ouvrir le chantier de la professionnalisation

Entre 2010 et 2012, le nombre de postes consacrés au soutien aux enfants en situation de handicap est tombé de 20.000 à 5.000, s’il semble devoir repartir à la hausse plusieurs questions restent en suspend, notamment celle de la professionnalisation de ces personnels. Dans leur rapport sur la mise en œuvre de la loi de 2005 rendu public en septembre dernier, les inspecteurs généraux avaient notamment préconisé une remobilisation importante grâce à la formation de l’encadrement et de tous les personnels. En octobre dernier, le MEN et le ministère délégué aux personnes handicapées ouvraient un chantier sur la professionnalisation des métiers d’accompagnant aux situations de handicap. Ce travail devait être ponctué par la publication d’un rapport au cours du premier trimestre 2013, le texte reste en attente. Pourtant, pour la professionnalisation, il y a urgence !

Lire aussi :
- AVS : Enfin un groupe de travail
- Mise en oeuvre de la loi de 2005, le rapport de l’IGEN