Mutations complémentaires
70 nouveaux changements, c’est trop peu !
20 avril 2016

Seulement 70 changements de département supplémentaires ont été acceptés lors du groupe de travail du 19 avril. Trop peu pour le SNUipp

Ce 19 avril 2016, à la demande des syndicats, un groupe de travail a examiné les situations les plus difficiles des enseignantes et des enseignants qui n’avaient pas pu muter lors des permutations informatisées. Une liste de 70 personnes autorisées à changer de département a été arrêtée sous réserve d’une demande d’exeat/ineat sur les mêmes critères que les années passées :

- 20 enseignantes et enseignants bénéficiant de 800 points au titre du handicap

- 50 enseignantes et enseignants au titre du rapprochement de conjoint avec enfant(s), séparés et exerçant dans des départements non limitrophes d’académies différentes (le barème minimum nécessaire est de 600 points hors vœu lié).

Si nous nous réjouissons de la mutation de ces 70 collègues, le taux de non satisfaits reste beaucoup trop important. Surtout, le ministère n’apporte toujours aucune réponse satisfaisante au sujet des collègues bloqués dans les départements limitrophes. Il continue de tenir séparés des couples sans enfant sans perspective pour envisager un projet familial.

Le petit nombre de situations qui pourront être résolues dans le cadre de la phase à venir d’ineat / exeat entre départements va nous tenir bien loin des taux de satisfaction constatés avant 2008.

Le SNUipp-FSU ne peut se contenter de cet état de fait qui laisse encore et toujours de très nombreux collègues sans solution de très nombreuses années. L’ensemble du dispositif de mutations inter-départementales doit être revu pour offrir de réelles perspectives.

Vous pouvez contacter votre section départementale du SNUipp-FSU pour toute information utile sur cette réunion et les modalités de la phase complémentaire ineat / exeat à venir.