Salaires – emploi public
18 mars : grève et manifestations
18 mars 2014

Les enseignants des écoles, comme de nombreux agents de la fonction publique, sont aujourd’hui dans l’action à l’appel de la FSU, de la CGT, de FO et de Solidaires contre l’austérité, pour l’emploi, les salaires et le service public.

Après quatre années de blocage des salaires et des pensions, après les suppressions massives d’emplois de l’ère Sarkozy, l’urgence est à l’amélioration des conditions de travail et à l’augmentation des salaires de tous les personnels des services publics. Or, la réduction programmée de 50 milliards de la dépense publique d’ici 2017, notamment pour financer le pacte de responsabilité, bloque toute possibilité de reconnaissance salariale, menace l’emploi public et la protection sociale. La cacophonie gouvernementale sur le gel des avancements, démenti par le Premier ministre, les déclarations de suppressions d’emplois et de réduction de missions de service public montrent bien que les fonctionnaires sont une cible prioritaire.

Les enseignants mobilisés

Pour le SNUipp-FSU, les enseignants du primaire qui travaillent avec des effectifs toujours trop chargés, font beaucoup d’heures et sont mal payés, ont toutes les raisons d’être dans l’action. Pour améliorer leurs conditions de travail pour faire réussir tous les élèves comme pour financer, par exemple, l’augmentation de l’ISAE et son alignement sur l’ISOE, alors OUI, il faut investir dans le service public. C’est ce qu’ils revendiquent ce 18 mars !

Lire :
- l’appel des syndicats de la fonction publique

Télécharger :
- le quatre pages de Fenêtres sur cours